Actualités

tiret-rose
Cliquez pour lire l’article.

Comment éviter l’érosion dentaire ?

Selon une étude menée par Crest, plus de 80% des adultes présenteraient des signes d’érosion dentaire. Il est cependant possible de la limiter, en respectant quelques conseils…

Avoir un régime alimentaire équilibré : Les aliments acides, comme les agrumes ou le vinaigre, ont tendance à attaquer fortement les dents. A l’inverse, les produits alcalins favorisent la formation de tartre. Ainsi, opter pour un régime alimentaire équilibré permet de neutraliser l’acide. Par exemple, lors de l’ingestion d’un produit acide, il est bon de le compléter avec un élément plus basique, comme du fromage, du pain complet ou une protéine maigre.

Privilégier l’eau : Ce conseil s’inscrit dans la continuité du premier. Les sodas et boissons gazeuses sont très acides, qui attaquent l’émail des dents. Le café, le vin, mais aussi les jus de fruits ne sont également pas idéaux pour les dents. Mais si on ne peut s’en passer, il convient de les déguster en fin de repas, au moment où la bouche contient beaucoup de salive et sera alors capable de neutraliser l’excès d’acidité.

Eviter les aliments acides avant d’aller se coucher : Durant la nuit, les remontées gastriques sont plus importantes, en raison, notamment, du relâchement des muscles. Ces remontées acides, en plus de perturber le sommeil, peuvent également entraîner l’érosion dentaire. Pour les éviter, il faut particulièrement éviter de manger des aliments acides avant d’aller se coucher, mais également privilégier une position avec la tête légèrement surélevée.

Choisir un bon dentifrice : Pour éviter l’érosion dentaire, il convient d’éviter tout particulièrement les dentifrices abrasifs, qui contiennent des ingrédients tels que l’oxyde d’aluminium. Ces dentifrices ne feront qu’accélérer le processus d’érosion. En revanche, les dentifrices qui contiennent du fluorure sont quant à eux à privilégier : ce dernier permet de former une couche protectrice sur l’émail des dents.

Source : Le Reflet du Lac

L’intêret de se brosser la langue…

Lorsque vous vous brossez les dents, continuez un peu le brossage, en plus des 2 minutes recommandées, et concentrez-vous sur la langue… En effet, son nettoyage permet de conserver une bonne santé bucco-dentaire. Attention cependant : il n’est pas recommandé de se brosser la langue avec une brosse à dents « classique ». Les poils de celle-ci risquant de créer des lésions, il faut lui préférer un gratte-langue, dont la forme est spécialement étudiée pour ne pas l’abimer.

Voici quelques raisons qui peuvent vous motiver à vous brosser la langue…

Eviter les caries : Si les bactéries sur les dents sont bien éliminées lors du brossage mais qu’elles restent sur une langue non brossée, celles-ci vont aisément pouvoir se déplacer jusqu’aux dents et aux gencives, risquant de provoquer la carie dentaire ou une maladie gingivale.

Avoir bonne haleine : La mauvaise haleine (halitose) peut avoir de multiples causes. Mais le brossage de la langue, en réduisant le nombre de bactéries, peut permettre de réduire considérablement ce désagrément.

Eviter les maux d’estomac : Les bactéries présentes dans la bouche peuvent, en présence de nourriture notamment, descendre dans l’œsophage et l’estomac, pouvant ainsi causer des désagréments digestifs.

Alors, n’hésitez pas à intégrer le brossage de la langue à votre routine d’hygiène bucco-dentaire !

Source : TerraFemina

Bien se préparer à une intervention d’extraction de dents de sagesse…

Fut une époque durant laquelle les troisièmes molaires définitives, appelées « dents de sagesse » avaient un réel intérêt pour l’être humain : elles servaient à mastiquer les viandes alors crues. Mais l’évolution a réduit la taille de nos mâchoires, devenues souvent trop petites pour accueillir ces dernières dents définitives. A l’heure actuelle, nombreux sont les dentistes qui réalisent des extractions de ces dents. Si vous devez vous aussi les enlever, voici 5 conseils pour mieux appréhender leur extraction…

1- La préparation : l’extraction des dents de sagesse peut avoir lieu pour plusieurs raisons : si elles poussent dans une mauvaise direction, si elles perturbent l’alignement du reste des dents, ou encore si elles sont cariées et compliquées d’accès. En cas de doute, le dentiste réalisera une radio panoramique de la mâchoire, afin de déterminer leurs positions, et si l’extraction est nécessaire. Avant une opération dentaire, une hygiène dentaire parfaite est requise, afin de prévenir tout risque d’infection. Le dentiste demandera souvent à son patient de venir à jeun le jour de l’opération.

2- Pendant l’opération : Dans la grande majorité des cas, l’opération peut avoir lieu directement au cabinet dentaire, avec une simple anesthésie locale. Bien que l’opération semble impressionnante, elle est complètement indolore pour le patient. La durée de l’opération varie en fonction des difficultés techniques (dents incluses ou semi-incluses, mauvaise position…), mais dure en moyenne 5 à 10 minutes par dent extraite.

3- Après l’opération : Un médicament antidouleurs est souvent prescrit, en fonction de la condition physique et des éventuels risque d’allergie. Durant les 3 jours qui suivent l’opération, le patient devra prêter particulièrement attention à certains points : éviter de fumer (fort risque d’alvéolite), de trop parler, de mastiquer trop fort, de manger des aliments épicés, trop chauds ou trop froids, ou encore de pratiquer un sport. Durant les 24 à 48h, il convient de privilégier l’alimentation liquide à température corporelle.

Enfin, il est conseillé aux patients de prévoir des jours de repos, que ce soit pour la préparation, le jour de l’extraction, et le lendemain (voire surlendemain). Egalement, il est préférable de prévoir en avance la nourriture molle qui servira pour les jours qui suivront l’opération : des jus de fruits pas trop sucrés, du sirop d’érable, des soupes, yaourts et compotes à température corporelles…

Vous voilà désormais préparé pour cette opération dentaire !

Source : Maxi Sciences

Les choses à faire et ne pas faire avec sa brosse à dents

La brosse à dents est un véritable nid à bactéries… En avril 2014, des chercheurs de l’Université de Manchester révélaient qu’entre ses poils se nichaient environ 10 millions de bactéries, voire plus. Et effectivement, toutes les conditions sont souvent réunies pour que ce soit le cas. Le docteur en pharmacie Thomas Kassab explique : « Les brosses à dents sont dans les salles de bains, un milieu humide, donc elles sont souvent mal rincées et se nourrissent des résidus de nourriture que l’on y met lors de chaque utilisation ». Voici donc quelques astuces pour éviter la propagation des bactéries sur sa brosse à dents…

Optimiser le rinçage de sa brosse : comme expliqué précédemment, une brosse mal rincée va aider au développement des bactéries. Ainsi, après chaque brossage, il convient de la nettoyer sous l’eau chaude afin d’éliminer les résidus de nourriture et de dentifrice.

Ne jamais sécher une brosse avec une serviette : la serviette à mains, souvent posée à côté du lavabo, ne doit certainement pas servir à sécher sa brosse. En général utilisée fréquemment et par toute la famille, elle reste constamment humide et représente un véritable nid à bactéries. Pour faire sécher sa brosse, le mieux est qu’elle soit à l’air libre, et de préférence, non placée dans un placard. Pour le docteur en pharmacie, le faire reviendrait « à faire sécher du linge dans une penderie ».

Abandonner les « protèges brosses à dents » : Bien que très utiles en voyage, lorsque la brosse peut être en contact avec de nombreux autres éléments, en maison, le protège brosse à dents est inutile et aggrave même la prolifération des bactéries.

En cas de maladies, renouveler sa brosse à dents une fois guéri(e) : si vous ne souhaitez pas ré-attraper vos microbes, il convient de changer de brosse une fois que vous êtes complètement guéri. Thomas Kassab explique : « Lorsque l’on a une angine par exemple ou même en cas d’abcès, les bactéries dans la bouche se multiplient et se déplacent. On risque ainsi de contaminer sa brosse, de guérir moins vite ou de se contaminer de nouveau ».

Eviter le contact entre l’embout du dentifrice et la tête de la brosse : Toujours dans le but d’éviter la propagation des bactéries, il est idéal de déposer du dentifrice sur la brosse sans que celle-ci ne soit en contact avec la partie plastique du dentifrice.

Jeter le pot de brosse à dents : Dans le cas d’une famille nombreuses ou lorsque de nombreuses brosses sont utilisées, il peut être mieux de bannir le pot de type « pot à crayon », pour des contenants qui séparent les brosses à dents, ce qui évite de faire entrer en contact les têtes de brosses.

Vous avez désormais toutes les clés pour éviter la prolifération des  bactéries sur votre brosse à dents et celles de toute la famille !

Source : Madame Figaro

Que faire en cas de traumatisme dentaire…

Hormis dans le cas d’un choc important, à la suite d’un accident de voiture par exemple, les dents majoritairement touchées lors d’un traumatisme dentaire sont les incisives et les canines, les dents qui se situent à l’avant de la mâchoire. On parle de traumatisme dentaire lorsque la dent va subir une fracture, un déplacement ou une expulsion complète à la suite d’un choc. Tous les cas de traumatismes ne présentent pas le même degré d’urgence, mais tous nécessitent une visite rapide chez le chirurgien-dentiste…

La fêlure et la contusion se révèlent être les cas de traumatismes dentaires les moins graves. La dent parait intacte ou presque, ne bouge pas, et ne présente pas de signe extérieur de lésion. Cependant, une visite chez le chirurgien-dentiste est importante, notamment en cas de douleurs, afin de vérifier qu’aucun nerf n’a été touché.

Si, suite à un choc, la dent bouge de son alvéole, et qu’elle est douloureuse, alors il est nécessaire de se rendre au plus vite chez votre dentiste afin qu’il remette la dent correctement en place.

Une fracture de la dent peut être de deux sortes. Elle peut ne toucher que la couronne, et être facilement réparable esthétiquement, soit elle peut s’être brisée jusqu’à la racine, au risque d’exposer la pulpe. Dans ce second cas, la dent est généralement très douloureuse, et demande une intervention rapide du chirurgien-dentiste.

Enfin, le dernier cas est celui de l’expulsion complète de la dent. Une véritable situation d’urgence puisque, pour pouvoir la remettre en place, il s’agit d’une course contre la montre. Si une dent a été expulsée, il ne faut surtout pas la ramasser avec ses doigts au niveau de la racine, mais uniquement au niveau de la couronne. Il faut ensuite la conserver dans un verre de lait, de serum physiologique, ou encore dans la propre bouche du porteur, entre ses dents et sa joue, en faisant attention de ne pas l’avaler. Si les conditions sont réunies, le dentiste sera alors en mesure de la réintégrer à sa place d’origine.

Dans tous les cas, en cas de doute après un traumatisme dentaire, n’hésitez pas à vous rendre chez votre chirurgien-dentiste, qui saura faire un bilan complet et intervenir rapidement en cas de besoin !

Source : Femme actuelle