Actualités

tiret-rose
Cliquez pour lire l’article.

La brosse à dents connectée : utile ou futile ?

Les innovations concernant la santé connectée et particulièrement le brossage se densifient ! De plus en plus de fabricants proposent leur version de la brosse à dents connectée, avec temps de brossage, analyse des zones non brossées, jeux pour enfants etc.

Pour en savoir un peu plus sur l’utilité ou non de ces brosses, le quotidien du médecin a interviewé le Dr Evelyne Zubicki, chirurgien-dentiste. Son avis : la brosse à dents connectée aide, tout comme la brosse à dents électrique « normale », à rallonger le temps de brossage… premier point positif !

L’affichage en temps réel des zones pas ou peu brossées permet aux individus, notamment aux enfants de se rendre compte de leurs mouvements et d’améliorer ensuite les techniques de brossage. Le docteur le précise « les enfants droitiers brossent en général bien leur côté gauche, mais il reste des zones imparfaites à droite »

Pour le Docteur Zubicki, ce système des brosses à dents connectées est particulièrement adapté pour les patients souffrant de parodonthopathies. Grâce à des prélèvements faits dans la bouche du patient, il est possible de savoir sur quelles zones gingivales et dentaires celui-ci doit insister lors de son brossage. Ainsi, par l’observation en temps réel du brossage au sein de la bouche, le patient peut se rendre compte de son action sur ces zones précises.

Au final, pour le Docteur, ces brosses à dents sont utiles, particulièrement pour ceux qui ont à surveiller des zones particulières de leur bouche, ainsi que pour l’enseignement des techniques de brossage aux enfants.

Et vous, quel est votre avis sur les brosses à dents connectées ?

Source : quotidiendumedecin.fr

5 règles pour éviter les caries chez l’enfant

Les caries chez l’enfant sont évitables, pour peu que l’on respecte quelques bons gestes et réflexes ! Voici quelques règles essentielles pour que votre enfant ait une hygiène dentaire irréprochable…

Choisir une brosse à dents adaptée

Les besoins en brosse à dents ne sont pas les mêmes chez l’adulte et l’enfant. Si, pour les deux, les poils souples sont préférables parce qu’ils sont plus délicats avec les gencives, les enfants, du fait de leur mâchoire étroites, ont besoin de modèles spécifiques. Les brosses à dents pour enfants sont plus petites, tant au niveau du manche que de la brosse, pour s’adapter à leur dentition. Idéalement, faites également plaisir à votre enfant en choisissant une forme et un coloris qu’il apprécie, afin de rendre le moment du brossage plus amusant !

Bien se brosser les dents

Le Dr Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (l’UFSBD) insiste sur ce point : « chez les bébés, les dents doivent être nettoyées une fois par jour dès leur apparition ». Lorsqu’ils sont tous petits, un doigtier ou une compresse imbibée d’eau suffit. Dès 1 an, la brosse à dents peut commencer à être utilisée, mais sans dentifrice. Et à partir de deux ans, le spécialiste explique : « deux brossages de 2 minutes avec un dentifrice adapté – matin et soir – sont recommandés ». Il est recommandé d’acheter un trépied et un sablier, afin que l’enfant comprenne la notion de temps. Enfin, vers 4 – 5 ans, il faut qu’il puisse se brosser les dents seul, avec la méthode adéquate : celle de brosser toutes les dents en effectuant des mouvements circulaires, de la gencive vers la dent.

Se faire contrôler précocement et régulièrement

Les visites chez le chirurgien-dentiste commencent tôt ! Dès l’âge d’un an, puis au minimum 1 fois par an, il faut une visite à l’enfant tout comme à l’adulte chez le dentiste habituel. Cela permettra de voir le développement des dents mais également de la mâchoire, et d’évaluer d’éventuels besoin orthodontique de façon précoce…

Limiter l’apport en sucre

Les enfants ont tendance à consommer beaucoup d’aliments sucrés, ce qui augmente considérablement le risque de caries dentaires. Sans les priver de friandises, il convient d’établir une limite, ou de les réserver à des occasions spéciales. Egalement, limiter les bonbons qui collent aux dents et les sucettes, tout comme les sodas et jus de fruits sucrés, permet de limiter les dégâts sur les dents.

Choisir un dentifrice adapté

Le fluor possède un rôle anti caries maintes fois démontré. Pourtant, il faut éviter au maximum la surdose : en effet, le fluor risque de créer, sur les dents définitives, des taches blanches disgracieuses et une détérioration de l’émail. Le Docteur Lequart recommande : « De 2 à 6 ans, les enfants ne savent pas recracher : utilisez par conséquent un dentifrice à teneur réduire en fluor (inférieur à 500 ppm) et n’en mettez qu’une petite quantité (un grain de riz) sur la brosse à dents ».

Vous avez désormais toutes les clés pour éviter les caries à votre enfant !

Source : Femme actuelle

 

Les infections respiratoires chez le bébé augmentent le risque de caries

Une récente étude, réalisée par l’Université d’Oulu en Finlande, vient de prouver qu’il existe une corrélation entre le risque d’apparition des caries dentaires chez les enfants de moins de 2 ans et les infections respiratoires telles que la bronchite aiguë ou la pneumonie.

Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs de l’Université d’Oulu ont étudié pas moins de 2 500 enfants, et ont constaté que ceux qui avaient été hospitalisés pour une infection respiratoire avant l’âge de deux ans présentaient des caries sur leurs dents permanentes un an et demi avant les autres enfants.

D’autres infections respiratoires plus « banales », telles que les rhumes ou les otites, favorisent également l’apparition des caries, mais uniquement lorsque celles-ci sont à répétition. Ces enfants présentaient ainsi une dent cariée de plus par rapport aux autres enfants du même âge.

Pour les enfants fragiles et ayant tendance à contracter facilement ce genre de maladies, l’attention portée à l’hygiène bucco-dentaire est ainsi d’autant plus importante. Enseigner les bons gestes et les bons réflexes dès le plus jeune âge s’avère donc primordial : limiter l’apport en sucre, respecter un bon brossage des dents et des visites annuelles chez le dentiste.

Source : Parents.fr

Comment éviter de grincer des dents quand on dort ?

Le grincement des dents, aussi appelé bruxisme, est un phénomène relativement courant dans la population. Aujourd’hui, environ 56% des Français grincent régulièrement des dents durant la nuit.  Bien qu’il soit souvent causé par le stress, le bruxisme peut avoir de nombreuses causes possibles, notamment une mauvaise occlusion, des dents manquantes ou encore des prothèses mal adaptées. En serrant les dents de manière intensive, la mâchoire se déplace d’avant en arrière ou de droite à gauche, causant des dommages sur les dents. Au fur et à mesure, cette pratique peut entraîner l’usure de la dentition, peut générer des dépôts de tartre et infections, et peut même, dans des cas plus rares, limiter ou bloquer l’ouverture de la bouche.

Alors pour éviter de grincer des dents à cause du stress durant la nuit, il existe quelques solutions…

Il est notamment possible de pratiquer quelques exercices de relaxation et de respiration avant d’aller se coucher. Ces exercices permettront de détendre le corps et d’évacuer les tensions, non seulement au niveau de la mâchoire mais également du corps tout entier. Sophrologie, médiation, ou yoga sont les alliés d’un sommeil récupérateur !

Egalement, il est préférable d’éviter l’ingestion de tout excitant (café, soda, alcool, tabac) au minimum 3 heures avant le coucher. Misez cependant sur les plantes ! Riches en substances aux vertus sédatives et anxiolytiques, certaines permettent de se détendre avant d’aller se coucher. C’est notamment le cas de l’aubépine, l’eschschotlzia (le pavot californien), le houblon, le basilic ou encore la passiflore qui, consommés en infusion, vont aider le corps à évacuer les tensions, et à mieux dormir.

Avant d’aller se coucher, il convient également de limiter l’exposition aux écrans. La lumière vive dégagée par ceux-ci ralentit la production de mélatonine (hormone du sommeil), et va stimuler les voies visuelles tout en agissant sur l’horloge biologique interne. Autrement dit, regarder son téléphone, la télévision, sa tablette ou encore sa liseuse électronique n’est pas la meilleure idée si l’on veut passer une nuit détendu. L’idéal étant de les arrêter au minimum une heure et demie avant de se mettre au lit.

Si, malgré tous ces conseils, le bruxisme persiste, n’hésitez pas à en parler avec votre chirurgien-dentiste : il est possible qu’il ne soit pas causé par le stress, mais par des problèmes au sein de votre mâchoire ou dentition.

Source : Pleine vie

Connaissez-vous bien les dents de sagesse ?

Dernières dents à pousser chez l’homme, les dents de sagesse sont pleines de mystère pour de nombreuses personnes… De réputation, elles sont connues pour être difficiles à extraire, et pour causer de nombreux problèmes lors de leur éruption et leur développement. Mais les connaissez-vous bien ?

Les dents de sagesse peuvent commencer à pousser dès l’âge de 10 ans. Mais en général, elles ne se manifestent que 7 à 15 ans plus tard, voire même plus encore. Leur apparition varie d’une personne à l’autre, que ce soit en termes de date ou de quantité. A une certaine époque, ces dernières molaires ont été appelées dents de sagesse parce que la population avait conclu qu’elles permettaient de démontrer l’assagissement d’une personne. Cependant, ce n’est pas le cas partout : en Turquie par exemple, on les appelle les « dents des 20 ans », et en Corée « Les dents de l’amour ».

Autrefois, la morphologie de la mâchoire était adéquate pour accueillir sans problème 32 dents, qui étaient alors toutes utiles pour mastiquer longuement les végétaux et viandes non cuites. Aujourd’hui, les mâchoires sont plus étroites, et, dans de nombreux cas, plus capables d’accueillir l’ensemble des dents. De plus, les dents de sagesse ayant généralement une poussée tardive, cette spécificité n’arrange rien puisqu’une fois en développement, elles vont tenter de presser contre les autres dents, provoquant douleurs et déplacements dentaires. Plus grave encore, si une dent de sagesse a trop peu d’espace pour se développer, elle peut se coincer sous l’os, la gencive et une autre dent, risquant ainsi de provoquer des maladies des gencives ou un kyste.

Enfin, du fait de leur position éloignée au sein de la dentition, les dents de sagesse sont difficiles à atteindre avec la brosse à dents, et donc à nettoyer correctement. Il est donc courant que le chirurgien-dentiste souhaite procéder à une extraction de certaines dents de sagesse…

Source : Journal de Montreal